semanal 6 : effondrements et fins du monde


Qui me farce ? Rencontrant des difficultés avec le miroir des sanitaires du débit de boisson où nous peinons ce soir, nous aurions crûs que l’alcool et les lectures nous auraient proposé un double sérieux, inquiétant, classique où se perdre tranquillement de folie, ou bien une ombre passant furtivement derrière notre épaule et causant sueurs et frissons. Mais ce reflet figé, ce miroir photographique ne rendant compte d’aucune des grimaces, langues tirées et gorges déployées, voilà qui est odieux. Un enfer immobile ?

*

Depuis le carrefour automobile de la place Saint-Fargeau, en regardant vers le Nord magnétique, la rue Haxo disparaît en pleine montée, bordée d’immeubles beiges. Nous l’avons parcourue et savons qu’au-delà nous attend la station Télégraphe.

A quelle fin toujours croire qu’il y a une rue derrière la rue ? Il faut bien que la ville cesse. Ce qui fuit au regard derrière le bord visible de la rue Haxo est un finistère s’ouvrant sur mers et falaises, un escarpement menant à une plage d’épais galets gris où quelque baleine a échouée la peau bleue déteignant aux doigts des enfants qui la caresse.

*

Au milieu des chaises en plastique moulé, on a étendu un squelette de pestiféré mort à Martigues au XVIIème siècle. Chouchou rouge, barrette dorée, une vieille fille de bibliothèque renverse la tête pour que le sang cesse de couler ; quand on annonce la fin des livres il faut être délicat.

*

Petit carrés bleu-passé, points ronds gris plus petits, il fait une chaleur de verrière, la lumière du soleil se difracte sur une main positive grasse laissée là, à gauche, quelques rais viennent brûler la cornée, pointe dans l’œil, moquette sur les fauteuils. Tout est verre et reflet, comme un ciel bleu de sable fondu. Entrer dans un magasin de chasse ou d’articles de pèche, ne rien comprendre à ce qui est vendu, ne pas savoir ce qui fait rêver l’amateur, tout en sachant ce qu’est une canne à pêche ; voilà le sentiment que donnent les publicités d’aéroport..

Le temps s’est arrêté, la magnéto est devenu fou, s’il n’y avait l’horloge (marque) à bâtonnets biseautés jaunes fluorescents nous penserions être figés, le cercle sans fins des annonces officielles, de la nouvelle grippe H1N1, de lavez-vous les mains, d’abandonnez pas votre bagage, de présenter le document d’identité sur la page de la photographie, et tout personne qui en avait la garde pourra faire l’objet d’une amende pénale (person responsible may be find ).

Puis le soleil tombe, un autocar s’encastre dans l’une des piles soutenant la jetée couverte où nous sommes à attendre. Le choc passé nous restons impassibles, quelques fissures apparaissent sur les grande vitres à filtre vert, puis la jetée s’ouvre en deux comme un légume qu’on nettoie, le coté gauche s’effondre dans une lenteur de plume, le verre des vitres, l’acier des poutrelles, le béton des structures, tout s’éventre dans un bruit de froissement plastifié puis tombe sur le vol AF 6045, rempli de kérozène que les frictions enflamment. Brûlés nous hurlons peu, l’excessive beauté de la lumière de cette fin journée à l’aéroport de Marignane rassure la crémation et les Canadair sont là jaunes, fiers et rouge, si bien peints. Sécurité Civile.

Ah le délice de mourir si près de notre salut

*

Un père dans la rue devant un refus de ses filles d’avancer, s’hystérise ; le timbre aigu, la période plaintive des phrases, les mots de scène de ménage jusqu’à la chute dans des pleurs enfantin. Une terreur à entendre, impossible de se lever pour voir.

*

Irène - Alain Cavalier - 2009

Sa femme morte, il y a si longtemps. Il ne fait pas le film pour elle, ni pour lui, ni pour nous. Il fait le film pour que quelque chose arrive, un film. Pour empêcher l’évaporation du monde, le tapis qu’on devine à la couleur du plancher. Preuve encore qu’une histoire soit de la peau : le zona. Le pouvoir du cinéma tient à cela : nous glacer avec un œuf et une pastèque.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 16 novembre 2009




[RSS] |semanal|

15 décembre 2009 // semanal 7 : langues et paysages
16 novembre 2009 // semanal 6 : effondrements et fins du monde
20 octobre 2009 // semanal 5
5 octobre 2009 // semanal 4
23 septembre 2009 // Semanal 3
28 juillet 2009 // semanal 2
8 juillet 2009 // semanal 1