22/Odette-Emma


reprise des textes publiés le 5 mars sur Tiers Livre parmi les vases communicants

Debout dans un corridor tapissé d’une sèche moquette rouge à motifs de langues et de lierres, est-ce là l’Odette du Brabant, qui lança : « non, pas du tout » fort et clair devant l’autel de son mariage en 1123 et rentra chez elle se trancher le nez pour défiguration et répudiation du monde avant de mourir de la lèpre dans un couvent, comme il se doit.

Le vent, la grêle, les pierres qui volent sont venus lui faire un ventre de verre brisé d’où pend la pointe d’une étole ; martyre sans matrice, le temps tord tout, mêmes les pures, mêmes les fleurs du décor. Mais la cruauté ne suffit pas toujours à nous justifier, et ne voit-on que la jeune Odette, en hommage à la morte Emma, a conservé ses souliers de satin, dont la semelle s’était jaunie à la cire glissante du parquet comme le souvenir de joie d’une fête lointaine.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 6 septembre 2010




[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 //
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I