25/les rêveurs


Elle ne cessait de dire qu’elle voulait une grande maison avec porche, tour et fine colonnade sur les latéraux pour pouvoir se tenir et lire à l’ombre les jours de vives chaleurs. Elle y rêvait des heures entières alors qu’à ses pieds les braves agneaux paissaient le verre. Bergère, elle disait : je serais reine, sceptre, couronne et bijoux d’or, couverte de crème en plis épais. Une légère roseur lui prenait alors aux joues et à l’arrête du nez, comme une ivresse, c’était la marbrure du désir et de sa honte. Lui ne croyait pas aux grandes maisons mais aux logis précaires et brefs, il vendaient de portes à portes des encyclopédies reliées de fer dont personne ne voulait. Il croyait à la parole ce qui est un métier très fatiguant.

Avant d’être figés côte à côte, ils s’étaient reconnus et aimés à la certaine tension identique de leur index gauche.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 21 septembre 2010




[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 //
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I