35/hier au soir


Nous sommes trois, c’est un cauchemar que nous faisons de concert, nous avons bu hier pour mille francs de vin et de bière, peu de cocktails, nous n’aimons pas les mélanges et voici que vert pâle de fatigue et de nausées nous sommes pleins d’une vision commune ; la terre est rase, sèche, caillouteuse.

Nous rêvons du réveil du monde et de sa fin qui revient. Nous rêvons trouble et flou, on vient nous annoncer ce qu’aucun de nous n’a envie d’entendre : que les choses ont un sens et qu’il va falloir s’y soumettre. Si pourtant nous buvons c’est pour tenir loin le sens, pour raconter des histoires il faut que la corde du réel soit lâche.

Il y avait au fond du bar, sur un banc à maigre banquette une jeune femme maigre, le dessous des yeux tiré de bleu, couleur de tout ce qui fut désiré et accompli.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 12 janvier 2012



    hier au soir
    12 janvier 2012 _

    Serait-il possible d’avoir la suite de votre texte, j’aime beaucoup mais on ne sait pas ce qui va se passer. Merci de l’avoir commis. Je vous suis depuis longtemps.




[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 //
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I