42/ baisser


L’époque est mauvaise quoique changeante ; nous essayons pour dire notre désarroi cette posture singulière qui consiste à baisser la tête de résignation tout en levant au ciel les yeux, d’indignation. C’est expressif à l’esprit mais inconfortable au corps. Nous avons construit une maison tournée vers le coteau, nous ne voyons que l’humus, le lierre et la mousse : pour nous le printemps est un vain mot, il n’y a que des jours de soupirail, moins sombres que d’autres, nous ne connaissons que les solstices d’automne. Du fond de notre grotte orange je sens bien que je baisse, nous avons collé à la pierre humide des fougères séchées qui se tordent et se tournent en personnes et faits, racontent des histoires qui nous divertissent de cette vie. Nous nous sommes fêlés la vitre et traînons des pieds, pris dans cette étoffe trop longue, nous n’écoutons jamais ce que les gens disent.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 4 décembre 2012




[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 //
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I