50/ méditer aussi


Mais que vais-je faire ce soir à manger, pourquoi cette cérémonie de la journée qui passe nous épuise-t-elle ? Elle voulait mourir et habiter Paris, elle voulait ne plus avoir d’avis sur aucune question, elle voulait qu’on ne lui demande que de paraître, et de dormir ; elle aurait pu passer de belles journées devant des tentures épaisses, sur d’épais coussins mauves. Mais on ne voulait jamais la laisser à elle. Le monde ne cessait de lui proposer, de la solliciter. Mademoiselle, il y la culture, qui n’est pas rien et qui est un devoir, simple, celui d’avoir vu, lu, entendu et d’avoir un avis, s’il faut absolument choisir l’avis suffit.

Tant de mouvements causait des dégâts et il faut faire commerce de tout puis de son contraire, on avait trouvé une idée formidable pour occuper ceux qui veulent l’être : la méditation.

Mais je vois que mon fils est déjà perdu.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 28 janvier 2013




[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 //
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I