52/ tours


Il n’y avait pas de ciel. Elle était parfaitement brune avec des yeux d’animal triste, qui va prendre un coup ou qu’on ne nourrit qu’ à l’occasion, elle n’était pas triste, elle regardait la splendeur fanée et incomprise des tours en croix de Mériadeck ; elle se demandait comment on vivait quand on habitait tous les jours dans un film de Henri Verneuil, si cela donnait un espoir, si l’on consommait plus de whisky, comment on faisait pour toujours garder impeccables les sous-pulls à cols roulés blancs ; elle pensait que ce lieu magnifique le serait toujours, même après la fin des temps, quand le monde entier ressemblerait aux marais salants de la presqu’île guérandaise à l’automne, quand il ne reste plus que la vase sèche, dont les craquellements dessinent les cartes de centaines de pays imaginaires.

Elle pensait que pour le béton seul la création devait être sauvée.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 31 janvier 2013




[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 //
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I