56/ bêler aux trésors


Je revenais de promenade au travers d’une pluie si fine, si tenace, une pluie précise, faite pour napper le monde entier d’une humidité sur, il poussait à force aux arbres des mousses et des lichens. Ni le feu claquant de châtaigner, ni les braises, ni les brasero bassinés au fond des lits ne résorbait cette gluance où rien ne sèche, où il se fait au papier peint des lézardes noires, des zébrures sans sens, mais où l’oisiveté faisait apparaître par indolence hypnotisé des dessins de rivières, arbres et des croix. Alors nous nous transportions dans de miraculeuses chasses au trésors, au milieu des herbes hautes, au bord de rivières en crue, nous serions bientôt fouissant à genoux, attendant que nos ongles heurtent soudainement le bois d’un coffre, la toile d’un sac.

Il suffirait, pour la route, d’une besace sac de cuir beige et d’un agneau qui pourvoirait à chaleur et nourriture.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 28 février 2013




[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 //
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I