60/ tendu


C’est l’un des plus beaux, ce n’est pas simple, il fait un temps magnifique, ceux qui nous regardent ne dorment pas si bien qu’ils veulent le dire ; dirons-nous qu’il n’arrive pas au bon moment, qu’il faudrait pour cela qu’il fasse un peu plus gris ou que nous ayons les idées à un peu moins de sommeil, nous cherchons toujours à habiter cette maison au fond, à droite, à comprendre le souci de l’auteur du vitrail d’avoir voulu ces tours biseautées au sommet desquelles il regardait tomber une neige rare, dans une pièce blanche, ronde de livres, sous le portrait d’une femme en voie d’oubli. Sans espoir pour l’à venir il fit une description de son œuvre. Parfaite jusque dans les mains, nous voudrions parfois nous tenir ainsi. Tendu et au repos, tout à la fois. Mais une telle ligne de crête n’existe pas, tout n’est que fossé.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 18 avril 2013




[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 //
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I