65/ jours comptés


Puisque l’on m’a pris la mémoire pour en faire des confettis, et ainsi divertir les enfants, je me retrouve cuirassé bleu, et l’air songeur je pense au temps qui passe, je me perds en calculs absurdes où se comparent des perceptions perdues, et je cherche à savoir pourquoi les quinze ans qui me séparent de tels souvenirs me paraissent si peu à côté des cinq années, seulement, entre telles vacances qui étaient l’enfance et telle femme qui ne l’était plus. Nous voici pareils au grand-père qui nous perdait par des divisions sur les moitiés d’âge à l’âge que ton père avait quand il t’a eu. Pareils comptes pourraient m’occuper des jours entiers si mon cœur ne se serrait ainsi sous le poids des ans, invécus, et que cela ne règle aucun comptes et ne fait que manger la vie, alors redressons le glaive et partons au glorieux au combat ; il reste des jours à conquérir.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 16 septembre 2013




[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 //
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I