qui nous amuse ?



Ainsi qu’un mot écrit en majuscule est toujours entendu plus fort, quand il est lu – tous les jours dans le métro le mécanisme des signes nous atteint, même si.
Mais pas toujours l’attrape couillon des moules qui nous rendent Léon, oui oui nous y reviendrons. Qui sont ceux qui prennent le temps de noircir les sourires des créatures affichées ? il faut un gros feutre noir. Etonnement et plaisir à l’idée de ce temps passé mais surtout à l’effet chaque fois ; ces femmes radieuses poudrées à la lessive et aux carottes à 1 euro qui nous sourient à pleins chicots.
En profiter pour espérer qu’il y aura toujours des gens pour écrire "sale" dans la poussière des vitres ; celles surtout des voitures en stationnement perpétuel.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 26 octobre 2008




[RSS] |métro et communs|

27 octobre 2009 // qu’à la fin la peau
7 avril 2009 // dressage au je
31 mars 2009 // faux sosie 3
22 février 2009 // têtes
30 janvier 2009 // faux-sosie 2
18 décembre 2008 // faux sosie 1
9 décembre 2008 // clavier
4 novembre 2008 // parmentier (ligne 3)
4 novembre 2008 // rentrée littéraire
26 octobre 2008 // change
26 octobre 2008 // Anhistoriques nous serons mieux
26 octobre 2008 // L’Est attriste
26 octobre 2008 // vampyr
26 octobre 2008 // qui nous amuse ?
26 octobre 2008 // en face