perdre oeil


D’un coup le regard se dérobe, l’oeil refuse de voir ; souhaiter un accident pour espérer une pulsion du regard. Ce n’est pas un flou de myopie mais une excessive mobilité des choses.

Ne reste visible, accrochée et certaine qu’une bande de lumière comprise entre les rectangles blancs du passage piéton et le rétroviseur intérieur des voitures en stationnement. Le monde en dehors de ce rectangle est trop rapide pour être vu, fuyant autant qu’il fuit.
Est-ce qu’une main de cuir nous tient la nuque ? Est-ce que nous avons été ralenti dans notre nuit ?
Voilà que le monde devient métaphorique malgré nous, qui le voudrions à la lettre.
Vivre malgré soi des aventures métaphoriques, c’est joyeux.
[[11-09-08 où l’on apprend qu’il peut être utile de ne plus bouger les yeux : ici]->http://lafeuille.homo-numericus.net/2008/09/comment-le-numerique-peut-il-augmenter-nos-capacites-de-lecture.html]

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 4 novembre 2008




[RSS] |marcher, la fenêtre ouverte|

11 février 2009 // assis 1
28 janvier 2009 // roulent galets
6 janvier 2009 // en retour
25 décembre 2008 // jésus + cochon = pause
4 novembre 2008 // vierge au cahier
4 novembre 2008 // perdre oeil
26 octobre 2008 // diana
26 octobre 2008 // périphérique
26 octobre 2008 // pot