6/envolée


La ville bleue, le large fleuve et les arbres épais ; nulle terreur, seulement qu’une paix – l’index ne désigne rien de visible, est-ce le pays que l’on quitte ou celui qui arrive ; l’ange a l’air sévère et l’enfant triste, le ravissement tient au rouge. A la fin, quand se dessine la trame en treillis du monde, cet arrière-pays nous suffit. désigne-moi la perte

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 2 mars 2009




[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 //
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I